aïkidô budô dôjô billérois

Association loi 1901 déclarée le 07 septembre 1994, affiliée à la FFAB (N° 302 64 005)

Agrément Jeunesse & Sports N° 96 S 019

 accueil notre DÔJÔ l'aîkidô INFORMATIONS liens internet SESERAGI

 reishiki:

"Etiquette". Sous les Tokugawa (1603-1868):

"Elle n'est pas envisagée comme une soumission, mais, surtout, comme la possibilité de concentrer son attention ailleurs." (...) "(Elle) répond aussi à une convenance, mais moins rigide, afin de prouver sa gratitude envers son maître. (...) Le reishiki, l'étiquette, est donc un autre moyen de prêter attention à ce que l'on fait. Une des raisons essentielles de son application est que dans un Dôjô, aujourd'hui, l'étiquette constitue un entraînement nécessaire à la perte de son ego. Le choc est d'autant plus grand, quand il se réalise dans une société, comme la nôtre, où se saluer n'a plus grande importance. Dans un Dôjô, elle est d'importance, car elle permet tout de suite de repérer l'inattendu, l'inconvenant".

(F. Braunstein)




Etiquettes et Comportements détaillées:

L'ensemble des règles (Reishiki) observées dans les Dôjô d'Aïkidô et des autres arts martiaux traditionnels, ou lors des stages, a pour but de préserver le caractère artistique de la discipline, de développer le sens du respect mutuel, et de préserver la sécurité physique des pratiquants.

Le Reishiki n'est pas immuable, ni surtout rigide. Chaque personne l'observe à sa façon, et certaines écoles, sous l'influence de leur professeur principal, ont pu développer des variations dans le Reishiki, voire leurs propres coutumes. En cas de visite rendue à un autre dôjô, il suffit de bien observer. Mais rien n'interdit de conserver son Reishiki personnel, qui doit être simple, naturel et surtout sincère. Les règles suivantes sont observées dans la plupart des dôjô et constituent seulement le socle élémentaire du Reishiki. La pratique plus large du Reishiki, indissociable de la formation en Aïkidô, s'appelle Rei-Gi-Zao, et se construit non seulement au dôjô, mais également en dehors, dans tous les actes de la vie quotidienne …

En entrant dans le dôjô et en le quittant, il convient de saluer brièvement par une inclinaison du buste en direction du Shinden (ou "mur haut" où se trouve le portrait du fondateur). Ce salut, debout, s'appelle : Ritsu-reï.

En montant sur le tapis, on quitte ses sandales (Zori) et on les range en les tournant vers l'extérieur en évitant de tourner le dos au Shinden. Puis, en position assise sur les talons (Seiza), on salue en direction du Kamiza ou du Shinden et on gagne discrètement sa place (côté Shimoza) en attendant le début du cours.

A la fin du cours, il est coutumier d’aller saluer et remercier, soit debout, soit assis, tous les partenaires de travail de la séance. On quitte le tapis par une inclinaison en direction du Shinden.

Il convient d'éviter, dans la mesure du possible compte tenu du nombre de pratiquants sur le tapis, de s'entraîner juste devant le Shinden, qui est la place du professeur, et dans tous les cas on ne doit pas s'asseoir devant en lui tournant le dos, même le cours terminé, par exemple pour plier son Hakama.

D’une façon générale, le respect des autres et des instruments de travail s’impose : les armes doivent être rangées, prêtes à servir, le long du tapis à un emplacement que l’on n’oublie pas. Ne jamais se servir d’un vêtement ni d'armes qui ne vous appartiennent pas. Ne jamais enjamber les armes rangées le long du tapis.

En principe, quelques minutes avant le cours, on doit être échauffé, assis en Seiza, tous sur une même ligne, en respectant si possible le silence. Ces quelques minutes permettent à l’esprit de faire le vide, de se débarrasser des problèmes ou préoccupations mentales de la journée et préparent à l'attention qu’exige l’étude.

Le cours commence et se termine par une cérémonie formelle. Il est essentiel d'être à l'heure pour y participer mais si vous arrivez en retard, vous devez attendre debout au bord du tapis (en principe au centre, en face du Shinden) jusqu'à ce que l'enseignant vous fasse signe de vous joindre au cours.

En montant sur le tapis, saluez le Shinden en Seiza, ainsi que le professeur, même s’il ne vous regarde pas à cet instant. Gagnez votre place de pratique en perturbant le moins possible le cours.

La façon correcte de s'asseoir sur le tapis est la position en Seiza. Mais si vous êtes blessé au genou, ou si cette position vous devient trop douloureuse, vous pouvez vous asseoir en tailleur en vous efforçant de garder le dos droit. N'allongez jamais les jambes et ne vous adossez pas au mur ou à un poteau. Vous devez être disponible à chaque instant.

Si vous êtes en Seiza faute de partenaire, ou pour recevoir des explications, placez-vous toujours en sorte de gêner le moins possible les autres pratiquants, et soyez prêt à bouger instantanément en cas de chute en votre direction.

Ne quittez pas le tapis pendant la pratique, sauf en cas de blessure ou de malaise, et dans tous les cas, avertissez-en le professeur.

Quand le professeur montre une technique, vous devez en principe rester assis en Seiza et regarder très attentivement. Après la démonstration, saluez le partenaire le plus proche et commencez à travailler.

Dés que la fin d'une technique est annoncée, terminez immédiatement votre mouvement, saluez rapidement votre partenaire et rejoignez les autres pratiquants assis en ligne ou en cercle. Ne restez jamais debout sur le tapis sans travailler. S'il le faut, restez en Seiza en attendant votre tour.

Si pour une raison ou pour une autre vous devez absolument poser une question au professeur, allez vers lui, ne l'appelez jamais : saluez-le avec respect et attendez qu'il soit disponible. Un salut debout suffit dans ce cas.

Quand le professeur vous montre un mouvement en particulier pendant le cours, mettez-vous en Seiza (sauf si cette position vous expose trop) et regardez attentivement. Saluez-le lorsqu'il a terminé. Quand il corrige un autre pratiquant, vous pouvez vous arrêter de travailler pour regarder, d'un commun accord avec votre partenaire. Asseyez-vous en Seiza et saluez de même.

Respectez les pratiquants les plus gradés, et d’une façon générale ceux qui sont manifestement plus âgés que vous. Ne discutez jamais à propos de technique et n’entrez jamais en polémiques sur le tapis. Le dôjô est un lieu de recherche et de travail personnel, pas un forum de discussions. Si vous connaissez le mouvement et que vous travaillez avec quelqu'un qui ne le connaît pas, vous pouvez le guider, mais en parlant le moins possible. Faire sentir les directions de travail est beaucoup plus profitable. S’il questionne davantage, c’est au professeur de lui apporter la réponse.

En règle générale, abstenez-vous de corriger qui que ce soit si vous n’avez pas atteint le niveau de Yudan-sha (ceinture noire).

Ne bloquez jamais le mouvement de votre partenaire, quel que soit son niveau : c’est contraire à l’esprit d’entraide mutuelle dans la recherche et l’apprentissage, c’est une source de frustration qui peut faire naître des émotions négatives, enfin ce peut même être dangereux pour vous en provoquant des réactions que vous ne pourriez contrôler. Dans le dôjô du fondateur, un avertissement mural indiquait que ce pouvait être un motif d’exclusion définitive de l’école ...

Parlez le moins possible sur le tapis : c’est dangereux pour vous-mêmes et pour les autres. La vigilance doit être constante pour éviter les accidents, et l’apprentissage de l’art ne passe de toute façon que très peu par la parole ...

Ne vous prélassez jamais sur le tapis avant, pendant ou après le cours : il est réservé à l’étude. En fait, dès que l’on pose le pied sur le tapis, la conscience et la vigilance doivent être aiguisées. Idéalement, le tapis devrait être balayé chaque jour avant les cours et en fin de journée. Chacun est responsable de la propreté du Dojo.

Chaque pratiquant doit veiller à entretenir son hygiène corporelle, pour lui-même bien sûr, mais aussi par respect pour les autres et pour éviter des blessures : le keiko-gi doit être propre, les ongles des pieds et mains coupés courts, les cheveux longs attachés ou maintenus. Le port de bijoux est proscrit.

Sauf pour les fêtes, en règle générale, on ne mange, ne fume, ni ne mastique du chewing-gum, dans le dôjô, et a fortiori sur le tapis. On peut toutefois se réhydrater en prenant quelques gorgées d'eau entre deux cours, ou bien encore au moment indiqué par le professeur. Dans tous les cas, ne pas sortir du tapis pendant un cours pour aller boire, et éviter de boire sur le tapis.

On dit habituellement "Onegaï-Shimasu" (littéralement : je vous fais une requête, s'il vous plaît) au moment du salut du début du cours, et au moment où l on invite un partenaire, et

"Arigatoo-Gozaïmashita" (merci beaucoup) en fin de cours, pendant le salut au professeur, salut que l’on commence légèrement avant lui, et auquel il répond.

Voici les règles que l'on peut lire au Hombu Dojo de Tokyo :

1. En aïkidô, il suffit d'une frappe pour tuer l'adversaire. Lors de l'entraînement, suivez scrupuleusement l'enseignement de votre professeur et ne perdez pas de temps à vous mesurer pour savoir qui est le plus fort.

2. L'aïkidô est un art qui enseigne comment faire face à plusieurs ennemis simultanément. Vous devez donc parfaire l'exécution de chaque mouvement jusqu'à ce que vous soyez capable de prendre l'adversaire qui est en face et ceux qui viennent dans toutes les directions.

3. L'entraînement doit toujours se dérouler dans une atmosphère agréable et conviviale.

4. le professeur ne vous enseigne qu'une partie limitée de ce que vous allez apprendre. Votre maîtrise des mouvements dépendra presque entièrement de votre pratique personnelle qui devra être rigoureuse et honnête.

5. Dans la pratique quotidienne, il faut commencer par échauffer le corps avant de travailler progressivement en force et en intensité. Il ne faut jamais dépasser ses limites. Si vous suivez cette règle, même les plus âgés ne se blesseront pas et pourront continuer à s'entraîner avec plaisir afin d'atteindre le but qu'ils se sont fixé.

6. L'aïkidô a pour objet l'entraînement de l'esprit et du corps pour que l'homme devienne sincère et honnête. L'aïkidô est un art secret par nature, les techniques ne doivent pas être révélées publiquement ni enseignées au hasard, elles risqueraient d'être utilisées par des individus peu scrupuleux.


Disposition d'un dôjô:

Traditionnellement, le dôjô obéit à des règles concernant son orientation. Le côté honorifique, dit kamiza (le côté élevé) est situé face au Sud. Le kamiza est le plus souvent décoré d'une calligraphie, de sabres, d'un portrait ou de tout autre objet symbolique de la discipline enseignée. L'enseignant s'assied dos au kamiza. C'est aussi de ce côté qu'est placé un invité de marque. Le mur d'en face est le shimoza (côté bas), où sont assis les élèves. Ceux-ci sont rangés selon un ordre coutumier, qui mélange souvent le grade et l'ancienneté dans la pratique de la discipline ou dans le dôjô. Les élèves les plus anciens sont à la gauche de l'enseignant (à l'Est, donc), les débutants à l'Ouest. C'est également à l'Ouest que sont placés les visiteurs éventuels, tandis que les assistants de l'enseignant s'asseyent dos au côté Est de la salle.

Cette orientation a une signification symbolique. Assis face au Sud, l'enseignant reçoit en plein la lumière du soleil, qui est la connaissance qu'il doit transmettre. Les élèves, eux, ne peuvent voir cette lumière qu'au travers de la réflexion qu'en offre l'enseignant, qui se doit donc d'être le miroir le plus fidèle possible. Les pratiquants anciens sont du côté du soleil levant : de par leur ancienneté, ils commencent à comprendre les principes essentiels de leur discipline, alors que les débutants sont encore dans l'ombre.

Le placement des invités du côté des débutants est également un héritage historique. Quand il existait de nombreuses écoles concurrentes, mettre les invités du côté des débutants et loin des anciens rendait difficile aux éventuels espions envoyés par les autres écoles de voir les techniques particulières à ce dôjô (toutes les techniques étant alors réputées secrètes).

Aujourd'hui, au Japon comme en France, ce sont avant tout des considérations pratiques qui règlent l'orientation du dôjô (configuration du bâtiment), et les règles traditionnelles de placement des élèves sont inégalement appliquées selon les disciplines et les enseignants. Ainsi, certains enseignants considèrent que le placement hiérarchique renforce la fierté (l'ego) et doit être évité ; d'autres considèrent que la pratiquant doit connaître sa juste place dans le dôjô et donc respecter le placement.

Les saluts:

Les saluts sont la marque la plus courante des pratiques traditionnelles japonaises.

Ritsurei correspond au salut debout. Il consiste en une inclinaison du buste d'à peu près trente degrés par rapport à la verticale, bras le long du corps et talons joints. Il ne faut pas se baisser trop bas pour qu'une personne en face de vous puisse voir votre nuque. Ce geste est une ouverture et donc une invitation à l'attaque, mais il est en plus considéré comme une marque d'impolitesse.

Zarei correspond au salut assis. Il se fait en position seiza, assis sur ses talons, les jambes repliées sous ses fesses, les orteils en position naturelle, et le dos droit. La distance entre les deux genoux doit être environ de la largeur de deux poings. Les mains sont placées sur les genoux. Pour saluer, poser la paume de la main gauche à environ 15 cm devant le genou gauche, puis la main droite à 15 cm devant le genou droit, et incliner le buste entier pour diriger le front vers les mains (mais le buste doit conserver une inclinaison de trente degrés). Comme pour le ritsurei, ne pas découvrir la nuque, et toujours garder un oeil sur l'ennemi potentiel qui vous rend votre salut. Il faut ensuite relever la main droite, puis la main gauche, et retrouver la position en seiza.