aïkidô budô dôjô billérois

Association loi 1901 déclarée le 07 septembre 1994, affiliée à la FFAB (N° 302 64 005)

Agrément Jeunesse & Sports N° 96 S 019

 accueil notre DÔJÔ l'aîkidô INFORMATIONS liens internet SESERAGI

Les grades en aïkidô



Dans les arts martiaux extrême-orientaux, et notamment l’Aïkidô, les grades dan, d’apparition récente, ne sont pas une fin en soi. Ils constituent simplement des étapes à franchir dans l’étude du Dô. Pour un yudansha (détenteur d’un grade dan) digne de ce nom, arborer tel ou tel nombre de dan ou s’en prévaloir quelle qu’en soit la raison, ne peut avoir aucun sens dans la mesure où c’est toujours le chemin qu’il reste à parcourir dans la quête martiale qui importe.

Obtenir un grade kyu ou un grade dan, ce n’est pas tant avoir réussi une épreuve technique qu’avoir tout simplement été en mesure d’accéder à un niveau supérieur de pratique, niveau à partir duquel tout reste encore à construire. En effet, tout grade passé avec succès est à confirmer par l’étude sans relâche des principes de l’art martial prati­qué et par la recherche d’un perfectionnement continu, Il n’y a jamais d arrivée ni d’aboutissement mais toujours de nouveaux départs, de nouveaux élans. De ce fait le pratiquant d’un art martial traditionnel, en particulier l’aïkidôka (ou aikishugyosha), doit sans cesse avoir à l’esprit que le palier qui vient d’être atteint est loin d’être maîtrisé et qu’il lui faudra encore faire ses preuves en avançant dans le nouvel espace de pratique qui s’ouvre devant lui une fois le grade préparé obtenu. L’assiduité aux cours, la participation aux différentes sortes de stages qui lui sont proposes, la recherche incessante du perfectionne­ment, une réflexion personnelle sur l’Aïkidô, la transmission de ses propres connaissances aux pratiquants moins avances, tout ceci doit concourir à ce que le pratiquant soit et demeure en mesure de progresser sans relâche.

Un grade, quel qu’il soit, n’est jamais acquis pour toujours, quand bien même il est décerné une fois pour toutes, et les progrès effectués sur le plan technique comme sur le plan personnel peuvent très bien cesser le niveau atteint régresser. Si passer des grades successifs (shodan, nidan, sandan, yondan, etc.) correspond bien à monter des marches - c’est d’ailleurs le sens du terme "dan" : marche ou degré -, il faut bien penser, comme le disait naguère Tamura Sensei, qu’un escalier sert non seulement à atteindre les niveaux supérieurs mais aussi à descendre vers les niveaux inférieurs : il fonctionne dans les deux sens. Passer des grades successifs, c’est avant tout s’investir dans une pratique martiale qui nécessite de perpétuelles remises en question.

C’est pourquoi il est utile d’être en mesure de se juger soi-même avec objectivité afin d’éviter de tomber dans l’illusion d’un ego surdimen­sionné, source d’erreurs et d’échecs cuisants. Ainsi toute course aux grades est à proscrire car il faut avant tout se sentir intérieurement prêt à postuler pour un nouveau degré de pratique, ce qui implique que tout ce qu’il y avait à connaître du niveau déjà détenu a été étudie avec sérieux. L’Aïkidô est et demeure une école d’humilité (geza no gyo =s’entraîner à l’humilité). Dans cette perspective, tout candidat ayant réussi son examen de grade kyu ou dan se doit en premier lieu d’aller remercier son professeur puis ses sempaï car ce sont eux qui, par leur aide et leurs conseils, ont bien évidemment contribué à son succès.

C’est en ce sens que, contrairement à ce que pensent bien des débutants (mukyu) dans la pratique, l’obtention de la ceinture noire (niveau shodan) n‘est pas un aboutissement mais correspond bel et bien a un véritable commencement (sho) de l’étude de l’art martial et du dô. Tout le travail qui précède ce moment ne constitue en effet qu’un nécessaire dégrossissage du corps et de l’esprit en vue d’entreprendre par la suite un polissage (remma) sans fin de soi-même. Celui qui obtient son shodan doit donc se considérer comme un véritable  novice  engagé dans la pratique martiale. Le chemin vers l’expertise, parcouru étape après étape, est donc bien long.

Le Shihan lui-même n'échappe pas à ce principe et c’est pourquoi, le 8ème dan obtenu (chiffre de l’accomplissement), il redevient comme un débutant pour qui tout est à reconstruire. Ainsi la boucle est-elle maintenant formée pour un nouveau départ, un nouveau cycle. La ceinture noire qui avait remplacé la ceinture blanche cède a son tour la place à celle-ci, du moins sur le plan symbolique. La voie vers l’accomplissement est infinie et c’est, à chaque moment de la pratique, que par la transmission du savoir tout se perpétue, du Shihan aux enseignants ainsi formes et de ceux-ci aux pratiquants de base .

‘’Quand le Maître montre la lune, l’imbécile regarde le doigt du maître’’  affirme un dicton oriental bien connu. Il ne faut donc pas s’attacher à l’apparence des choses (le grade arbore, la reconnaissance publique recherchée), à ce qui n’est qu’illusoire et vain, mais bien oeuvrer avec coeur (kokoro) en fonction du but qui est montré à travers telle ou telle direction de travail ou d’étude proposée opportunément par Tamura Sensei. Ces axes de recherche sont diffusés ensuite à l’occasion des différents stages par les CEN. et les CER aux enseignants des clubs afin que ces derniers puissent dispenser un enseignement de qualité aux pratiquants de base. C’est avant tout cela, cette structure pyramidale, qui donne du sens à l’Aïkidô que nous pratiquons au sein de notre fédération.

Au Japon, l’obtention d un grade, quelle que soit la discipline pratiquée, martiale ou non, est fonction d’un faisceau de critères qui forment un ensemble cohérent. Non seulement les connaissances techniques acquises (le degré d’expertise) sont prises en compte dans la délivrance d’un grade dan, mais aussi ce qui ce qui constitue la personnalité même du pratiquant concerné (les fruits de son expérience, ses accomplissements personnels), et enfin tout ce que ce dernier est en mesure de consacrer en retour à son art (prises d’initiatives et de responsabilités, dévouement...). Il est ainsi possible se voir décerner un 5ème dan de jeu de Go, un 6ème dan de Shiatsu, un 4ème dan Ikebana, etc., au même titre qu’un 6ème dan d’Aïkidô, qu’un 5ème dan de laido ou qu’un 3ème dan de Kyudo.

Quoi qu’il en soit, le grade obtenu ne reflète jamais qu’une part du niveau technique, de la personnalité et de l’engagement de celui qui le détient, tout être humain étant par nature bien trop complexe pour pouvoir être réduit au seul niveau qu’il a atteint à un moment donne de sa pratique personnelle.

Pierre Magadur (SESERAGI janvier 2003)

[Retours haut de page]

––––––––––––––––––


1) SENS ET NIVEAU DES DAN 1 à 8: Considérations générales sur les perspectives techniques morales, spirituelles, de l’Aïkidô:


SHODAN

SHO est le début, ce qui commence.

Le corps commence enfin à répondre aux commandements et à repro­duire les formes techniques. On commence à saisir une certaine idée de ce qu’est l’Aîkidô. Il faut alors s’efforcer de pratiquer ou de démon­trer; lentement si nécessaire, mais en s’attachant à la précision et à l’exactitude.


NIDAN

Au travail du 1er Dan on ajoute rapidité et puissance en même temps que l’on démontre une plus grande détermination mentale.

Cela s’exprime chez le pratiquant par la sensation d’avoir progressé. Le jury doit ressentir ce progrès en constatant une clarté de la mise en forme et de l’orientation du travail.


SANDAN

C’est le début de la compréhension du kokyu ryoku. L ‘entrée dans la dimension spirituelle de l’Aikidô. La finesse, la précision et l’efficacité technique commencent à se manifester Il devient alors possible de transmettre ces qualités.


YONDAN

A ce niveau techniquement avance on commence à entrevoir les prin­cipes qui régissent les techniques. Il devient possible de conduire plus précisément les pratiquants sur la voie tracée par le fondateur


GODAN

L‘art respecte les principes et l’esprit, commençant à se dégager de la forme, ne reste plus prisonnier de l’aspect extérieur de la technique. De nouvelles solutions techniques apparaissent en fonction des situa­tions.


ROKUDAN

La technique est brillante, le mouvement est fluide et puissant. Il doit s’imposer comme une évidence à celui qui regarde. La puissance et la disponibilité physique comme la limpidité du mental s’unissent sans ambiguïté dans le mouvement et s’expriment aussi dans la vie quoti­dienne.


NANADAN

L’Être se débarrasse de ses obscurcissement et apparaît sous sa vraie nature; il manifeste son vrai soi. Libre de tout attachement il éprou­ve la joie de vivre ici et maintenant.


HACHIDAN

Au-delà de la vie et de la mort l’esprit clair est ouvert, capable d’uni­fier les contraires, sans ennemi, il ne se bat pas. Sans combat, sans ennemi, il est le vainqueur éternel.

Sans entrave il est libre, libre dans sa liberté. O Senseî disait ‘’En face de l’ennemi il suffit que je me tienne debout sans rien de plus’’ . Sa vision englobe et harmonise la totalité.

Mais rien ne s ‘arrête là. Même l’eau la plus pure peut pourrir dans une mare; il ne faut jamais oublier l’esprit du débutant accomplissant son premier pas.


[Retours haut de page]


2) NOTIONS ET QUALITÉS FONDAMENTALES A PARFAIRE AU COURS DE LA PRATIQUE:


SHISEI (posture)

KAMAE (garde)

KIRYOKU (puissance vitale)

SEISHIN JOTAI (état mental)

METSUKE (regard - physique et mental)

MA Al (espace - temps)

ARUKIKATA (marche)

TAI SABAKI (déplacement/placement)

KOKYU (respiration)

KOKYURYOKU (coordination de la puissance physique et du rythme respiratoire)

SOKUDO (rapidité)

KO RYOKU (efficacité)

REIGISAHO (Etiquette)

NICHIJO NO TAIDO (attitude dans la vie quotidienne)

KOKORO NO MOCHI KATA (contrôle des émotions coeur)


[Retours haut de page]